Djamel Merbah

Date de naissance : 27/09/1949
Adresse : rue Thédore Schwan – 4020 Liège.
Tél : 0478/48.83.61



 




A 21 ans, Djamel quitte son Algérie natale pour la Belgique, où sa nature de plasticien le mène sur les bancs de l’Académie des Beaux – Arts (Bruxelles et Liège).
Diplômé, il réintègre son pays, où il enseignera 8 ans (1980-1988), puis, retour à liège.
Plus de trente expositions, le grand prix d’Algérie, le Prix d’Honneur de la 1ère Biennale Internationale d’Alger, Prix Dounia (Bruxelles) assurent la renommée de cet artiste toujours en recherche, toujours taraudé par la mémoire de la lumière verticale, de la vivacité des couleurs qui illuminent la terre d’Afrique.
Conscient de cette complicité avec ses origines et avec tous ceux et celles que, richesse des traditions et modernité envahissante condamnent à des choix douloureux, toute son œuvre leur rend hommage. Libéré des académismes prudents et des modes, il complète, au fil des djamelées, une fresque éblouissante, où la femme, devenue archétype, est, à la fois, mère et amante, comptable lucide des passions et des espoirs de l’Homme.

Marcelle IMHAUSER



« Je considère qu’une œuvre n’est jamais définitive. Elle épouse la réalité qui l’inspire. Elle évolue avec le temps et peut revêtir des formes différentes. C’est pourquoi je peins souvent de façon spontanée pour ne pas me laisser absorber par les projections ou des idées préconçues. »

« Je n’hésite pas à reprendre ou recommencer une toile « achevée » déjà depuis longtemps parce que la réalité m’impose de lui donner une nouvelle stature pour mieux la projeter plus en avant dans le champ visuel, pour mieux cerner le souvenir d’un ailleurs qui m’habite à jamais. »


Œuvres et critiques
Partagé entre l’Europe et l’Afrique, il dialogue avec ses dilemmes et ses sentiments. Les couleurs sont claires et lumineuses mais en dépit des charmes gestuels, il flotte dans ses œuvres une impression de fin du monde, de déchirement et d’angoisse.

A.A.A.

Œuvre expressionniste à base figurative qui révèle une sensibilité fort intéressante où se rejoignent le goût d’une lumière africaine et un sens de la composition proche de l’art contemporain d’Europe occidentale.
On ne peut manquer d’apprécier le travail fort intéressant que l’artiste effectue sur la matière.
C’est probablement là qu’éclate le mieux la synthèse des cultures qui lui est propre.
En recherche perpétuelle, Djamel Merbah suit un itinéraire reflet d’une vie intérieure pour laquelle rien n’est définitif qui ne soit exprimé pour devenir la départ d’une nouvelle étape.
Albert Moxhet, Le jour-Le courrier




En de grandes compositions à l’huile rarement relayées par l’acrylique, Djamel Merbah projette les scènes fulgurantes qui remontent de son vécu. Des visages émergent, des corps, des regards, des attitudes surtout et à travers ces attitudes, des sentiments, des relations humaines, une vision du monde et de la vie. Une primitivité transfigurée par la lumière, arrachée aux hiératismes ancestraux par le mouvement de la passion, celle qui anime un artiste, et à travers lui, ses personnages.

Jacques Henrard, Vers l’avenir


De Djamel à Djamel
D’où vient-on, on va-t-on ? De soi à soi, ou de soi aux autres ?
On part d’ici et l’on arrive ailleurs… ou l’on part d’ailleurs et l’on arrive ici. Et, sans cesse, l’on se métamorphose, on se transforme, on s’étonne soi-même de ce que l’on est.
Djamel a ses rituels (il faudrait pouvoir l’observer sans son atelier) Djamel a ses ritournelles de couleurs splendides qui, toujours se côtoient, s’enlacent, s’embrassent et s’en vont dans tous les sens et l’on pourrait croire que le tableau n’est jamais achevé.
Chez lui, il se pourrait que chaque œuvre soit un élément d’une gigantesque fresque à n’en plus finir. Son habileté ne serait-elle pas de nous faire croire, à nous, voyeurs, que chaque tableau est terminé ? D’où cette impression de plénitude dans l’achèvement.
Bouillonne ici l’humanité dans sa diversité de nuages incessants où l’on se reconnaît soi-même et où l’on voyage sans cesse. Comme si des paysages lointains, d’au-delà des mers, venaient enfin vivifier Liège, la (souvent) grise.
Autobiographie probablement, éclatée, jaillissante. Poissons et visages se mêlent, s’interpénètrent. Les couples se font, se défont et la douleur n’est pas absente. Djamel connaît l’époque où il vit et en a traversé tous les mirages. Il n’est donc pas dupe et sa peinture traduit à merveille l’état des lieux, pour notre plus grande lucidité.

Jacques Isoard


Divers :
Formation

Etudes aux Académies Royales de Bruxelles et de Liège (diplôme supérieur de l’Académie royale de Liège en 1976)
Diplôme d’aptitudes pédagogiques en 1992
Diplôme d’animateur (Province de Liège) en 2002
Expositions et prix

Nombreuses expositions et foires internationales en Belgique et à l'étranger, entre autres :
Galeries El Mouggar (1977, 1982) ; El Kettani (1986) ; Mouloud Ferraoun (1986) à Alger
Le Botanique (1988) ; Salles des Arts et Métiers (1993) ; Musée des Arts d’Afrique de Tervuren (1993), Espace Senghor (1995), Maison des Artistes d’Anderlecht (2004) à Bruxelles
Eglise Saint André (1988), Ars Lineandi (1992), Paul Renotte (1993), galerie Wégimont (1996), Galerie Orpheu (2001, 2003, 2005, 2007) à Liège
Festival Wendugen (1988) – Galerie Serge Scohy (2004) à Anvers
Foire internationale d’Arts contemporains Lineart (1996, 1998, 2000), à Gand
Foire internationale d’Arts contemporains (1997), La Galerie (2003 et 2005) à Luxembourg
Centre culturel algérien (1991, 2005) à Paris
Expos et foires en différents pays (France, Pays-Bas, Portugal, Allemagne,…)
Lauréat du "Grand Prix d'Algérie" (1982)
Prix d'honneur 1ère Biennale internationale, Alger (1986)
Prix Dounia, African Culture Promotion, Bruxelles (1993)
1er prix de peinture au Salon international d'Art contemporain, Libramont (Belgique).

Collaboration artistique:

Film vidéo documentaire: réalisation d'une fresque avec des enfants rescapés d'Algérie, "L'Arc-en-Ciel éclaté".

Références

Articles de journaux et reportages TV (Belgique : RTBF, RTC, TéléVesdre – France : FR3, TV5, Euronews - Algérie : EN TV, Médi 1, télévision méditerranéenne).

Expérience pédagogique

Professeur d’arts plastiques en Algérie et en Belgique.
Formateur d’expression artistique pour animateurs en Province de Liège.
Animateur d’une centaine d’ateliers fresques collectives réalisées au sein de Maisons de Jeunes, centres d’action laïque, écoles.
Professeur en technique d’animation et d’expression artistique pour animateurs d’enfants de trois à douze ans. École des Femmes prévoyantes de Liège.