Gilles Lemoine

Le site art-liège.be va malheureusement fermer ses portes au 31/12/2017. Nous remercions tous ceux qui nous ont aidé ou consulté depuis de nombreuses années.

Date de naissance : 18/11/1980
Adresse : Rue du pont,14 4000 liège
Tél : 0485726807


Marché de Noel de Beaufays 2011
Ange vin 2012
Art'ival 2012


Graduat en Communication d'entreprise, GRH et gestion du personnel Spécialisation en Relations publiques


Né à Liège il y a un peu plus de 30 ans, Gilles Lemoine fait partie intégrante de la vie nocturne de la Cité Ardente. Il partage son temps entre les sorties, la photo et la peinture. C’est d’abord par la peinture qu’il entame son initiation à l’Art, inspiré par son oncle, André Dejardin (peintre et ancien directeur de l’Académie Royale des Beaux-Arts de liège). Ce véritable autodidacte s’oriente peu à peu vers la photo qui devient très rapidement un médium naturel pour exprimer ce qu’il n’arrive pas à reproduire en peinture. Dans son travail de photographie, il œuvre pour appliquer quelques techniques de peinture en travaillant sur les couleurs, la lumière, les reliefs et essaye de mettre en avant certains détails afin d’apporter à la photographie une autre représentation que celle d’origine. Inspiré de l’œuvre d’Henri Cartier Bresson, il se reconnait dans le concept de l’instant décisif, l’effet du hasard contrôlé. Il recherche dès lors par le reportage de soirées ou de rue à mettre en avant les aspects cocasses de la vie quotidienne. Son travail est indissociable de sa vie privée. C’est d’abord en photographiant sa famille et ses amis qu’il se décide à étendre son répertoire et champs de vision. Ses principaux thèmes sont la fête, la drogue, la solitude de l’être humain, la pression du regard des autres. Son objectif premier est de saisir la vie telle qu’elle est, sans censure, photographier le vrai visage des gens sans mise en scène. Il adopte le concept de ‘photos volées’ pour parvenir à capturer l’émotion vraie, l’Homme au naturel. « La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard » - John Stuart Mill